Bienvenue















TRAVAIL OU LOISIR?

En 1945, beaucoup d'hommes et de femmes se sont retrouvés au milieu d'un champ de ruines qu'il a fallu relever. Il y avait là nécessité. Ils se sont donc jetés à corps perdu dans le travail dans l'idée de bâtir un monde nouveau. 

Au cœur de cet effort titanesque, un penseur allemand (Joseph Pieper, Le loisir, fondement de la culture, éditions Ad Solem, 2016) a élevé la voix pour rappeler que selon la grande tradition occidentale, l'homme est fait non pour le travail mais pour le loisir et qu'il fallait donc veiller à ne pas l'oublier, de peur ce qu'il ne retombe dans l'asservissement et manque son objectif, celui de bâtir un monde nouveau. 

Malgré ce rappel à l'ordre, nos aïeux se sont jetés dans labeur acharné. Ce furent les "30 glorieuses". Mais cette période faste, excessive, déboucha sur une crise sans précédent, tant économique, financière que culturelle. Les  jeunes générations parurent injustes en leur reprochant à leurs parents de vouloir les contraindre à poursuivre sur leur lancée. Ils s'exonérèrent de ce carcan pour tirer pleinement profit de la liberté que leur offrait la vie. 

Aujourd'hui, 45 ans plus tard, nous faisons le constat que l'homme navigue entre deux excès, deux abrutissements : celui du travail – pour qui a la chance d'en avoir – et celui du divertissement, puisque la vie est faite pour cela!

Profitons de cette période estivale pour nous poser les bonnes questions et rééquilibrer notre propre vie. Surévaluons-nous notre travail au point d'y consacrer trop de temps et d'oublier que nous avons besoin de repos pour nous ouvrir à la beauté et à la grandeur de cette vie, de ce monde, de Dieu? Surévaluons-nous nos temps de loisir en les considérant seulement comme des temps de repos, de détente, d'amusement ou de distraction? Un divertissement pour le divertissement qui régulièrement pousse à une surconsommation des biens de ce monde. 

Le travail est essentiel pour l'homme. Mais l'homme ne doit pas oublier qu'il ne se limite pas à l'action et que son but n'est pas d'engranger les biens de ce monde. Le loisir offre à l'homme la possibilité de prendre le large, d'honorer la part spirituelle de son être et donc de se fortifier intérieurement. Prenez le temps de vous poser, de contempler la réalité, dans le silence et l'amour bienveillant. Ne vous surchargez pas de mille et une obligations. Faites ce que vous avez à faire mais le plus possible posément, pour ne pas subir les événements de la vie comme une contrainte mais comme une opportunité de grandir en humanité.

"Acquiers la paix et des milliers autour de toi la trouveront" disait St Séraphim de Sarov. 

Bon été!

P. Xavier+


Comments