Bienvenue







Transfiguration, consolation...

Dans notre vie quotidienne, nous expérimentons des temps différents: certains secs, nous sommes insatisfaits, tristes... d’autres de paix, de dynamisme... Il s'agit donc de repérer les mouvements intérieurs qui nous agitent, car ces mouvements ont quelque chose à nous dire : ces mouvements m’entraînent dans une direction, vers le haut ou vers le bas.

Il est important dans la vie spirituelle d’être attentif à cela. Tout comme Pierre à la transfiguration, il vit un temps de consolation où tout soudain lui paraît simple, évident et il voudrait demeurer dans ces lumières reçues ...

Ces motions, élans qui nous portent vers Dieu sont dites « consolation », elles provoquent en nous un dynamisme. St Ignace les définit comme suit « la consolation qui amène à s'enflammer dans l'amour de son Seigneur, augmente l'espérance, la foi et la charité, et attire l'âme vers les choses célestes, la tranquillisant et la pacifiant » (règle n° 316 ).

Mais tout comme Pierre s’il y a des moments de force et d’ évidence dans nos vies , donc de consolation, il y a aussi la redescente dans la plaine, dans le temps ordinaires, jour de grisaille et de routine et parfois de désolation, que St Ignace définit comme suit : « la désolation qui apporte trouble, agitation et tentation, et incline l'âme vers les choses terrestres, en la laissant sans espérance et sans amour, triste, tiède, paresseuse, et comme séparée de son Seigneur » (règle n° 317) St Ignace donne quelques pistes :

Quand la consolation survient :

1. Rendre grâce à Dieu pour ce don,

2.Continuer de prier pour prendre des forces quand cette consolation disparaîtra,

3. Ne pas se glorifier de cet élan ressenti car il est bien un don, une grâce et ne vient pas de nous seulement.

Quand la désolation survient :

1. Ne jamais faire de changement, mais être ferme et constant dans les résolutions et dans la décision où l’on était pendant la consolation précédente.

2. « Bien que dans la désolation nous ne devions pas changer nos résolutions premières, il est très profitable de faire énergiquement des changements contre cette même désolation. » (§ 319) S’il ne faut rien changer aux options, aux choix pris précédemment, il faut me changer moi, mon état intérieur, ou ce qui le cause. Essayer de changer ce qui est la cause de la désolation.

3. En parler, s’ouvrir à quelqu’un qui a une certaine connaissance de ces mouvements spirituels.

Père Benoit Roze


Comments