Bienvenue







Il était un Roi

Il était un Roi très bon. Mais il y avait tant de rouages entre lui et son peuple, que celui-ci ne le connaissait plus. Ce peuple, comme tous les peuples du monde, était malheureux.

Aussi le Roi envoyait-il des ministres, des médecins, des instituteurs, des assistantes sociales et même des curés aux provinces les plus éloignées.

Mais certains messagers du Roi ne savaient pas comment s’y prendre, d’autres en profitaient pour se remplir les poches.

Le Roi décida de faire une tournée personnelle dans son royaume. Dans chaque ville, l’on organisait des réceptions : grands banquets, fêtes, préfets, musiques…

Massé sur les grands boulevards, le peuple qui se laisse toujours prendre à ce genre de spectacle, criait : « Vive notre Roi ! » et agitait de petits drapeaux. 

Mais à peine les dernières fusées des feux d’artifice éteintes, chacun se retrouvait aussi malheureux qu’avant et même un peu plus : « Pourquoi ne suis-je pas né dans la peau du Roi, ou au moins dans celle de l’un de ses courtisans ? »

Le Roi réunit son entourage : « Je donne à mon Premier ministre pleins pouvoirs pour gouverner le royaume en mon absence. Quant à moi, inconnu de tous, je vivrai au milieu du peuple, travaillant de mes mains. Le soir je réunirai quelques voisins. Un jour il comprendront qui je suis. »

Naturellement, le chef du protocole intervint pour faire les objections que vous devinez : le respect dû au Roi, le mauvais accueil d’un peuple grossier et il conclut : « Majesté, quand vous aurez réussi à rendre heureux une douzaine de voisins, vous serez bien avancé ! Des dizaines de millions d’hommes resteront malheureux. »

- « Mon ami, lui répondit le Roi, je ne t’ai pas attendu pour me faire la même objection… Voilà ce que j’ai pensé : j’apprendrai à ma douzaine de voisins à en faire autant, chacun avec trois, quatre ou dix, selon les possibilités. Si chacun communique ainsi un peu de son bonheur à ses proches, tout mon royaume sera transformé. »

Fais-le, ça se fera. Et l’exemple nous est venu de haut.

Jacques Loew
« Paraboles et Faribolles »


Comments