Bienvenue







Le pape François a rendu publique, mardi 2 avril, l’exhortation apostolique Christus vivit, fruit du travail du Synode d’octobre 2018 sur les jeunes.

EXTRAIT…

L’ÉGLISE SE LAISSE RENOUVELER,
ELLE EST JEUNE

« Demandons au Seigneur de délivrer l’Église des personnes qui veulent la faire vieillir, la scléroser dans le passé, la figer, l’immobiliser. Demandons-Lui également de la délivrer d’une autre tentation : croire qu’elle est jeune parce qu’elle cède à tout ce que le monde lui offre ; croire qu’elle se renouvelle parce qu’elle cache son message et qu’elle imite les autres. Non ! Elle est jeune quand elle est elle-même, quand elle reçoit la force toujours nouvelle de la parole de Dieu, de l’eucharistie, de la présence du Christ et de la force de son Esprit chaque jour. Elle est jeune quand elle est capable de retourner inlassablement à sa source. »

L’EXEMPLE DES JEUNES SAINTS
POUR SOIGNER LES BLESSURES

« A travers la sainteté des jeunes, l’Eglise peut relancer son ardeur spirituelle et sa vigueur apostolique. Le baume de la sainteté engendrée par la bonté de la vie de tant de jeunes peut soigner les blessures de l’Église et du monde, en nous ramenant à la plénitude de l’amour à laquelle nous sommes appelés depuis toujours : les jeunes saints nous poussent à revenir à notre premier amour (cf. Ap 2, 4). Il y a des saints qui n’ont pas connu l’âge adulte et qui nous ont laissé le témoignage d’une autre manière de vivre la jeunesse. »

JESUS DONNE LA FORCE DE VIVRE, 
ALLEZ A 
CONTRE-COURANT

« La valeur du témoignage ne signifie pas que l’on doit faire taire la Parole. Pourquoi ne pas parler de Jésus, pourquoi ne pas dire aux autres qu’Il donne la force de vivre, qu’Il est bon de parler avec Lui, que méditer ses paroles nous fait du bien ? Jeunes, ne permettez pas que le monde vous entraîne à partager seulement les choses mauvaises ou superficielles. Soyez capables d’aller à contre-courant et sachez partager Jésus, communiquez la foi qu’Il vous a offerte. Si seulement vous pouviez sentir dans le cœur le même mouvement irrésistible qui agitait saint Paul quand il disait : « Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile » (1 Co 9, 16). »

« Une Église sur la défensive,
qui n’a plus l’humilité, qui cesse d’écouter, qui ne permet pas qu’on l’interpelle,
perd la jeunesse et devient un musée. »


Comments